Visite du musée du Quai Branly

 

 
Tout comme les européens au 16éme siècle, nos élèves sont partis à la rencontre d'autres sociétés et civilisations en Amérique et en Afrique.
Les questions fusaient d'emblée, mais notre guide, excellente dans ses explications, ne s'est pas laissée déborder. "Ah c'est moche ça ne ressemble pas trop à un lion". "Vous avez raison, mais voyez vous, l'objectif de l'artiste n'était pas de rechercher le beau tel que nous le concevons, mais plutôt de représenter la puissance du roi Bantu" répond la guide. "Ah oui en fait c'est le roi ! " reprend l'élève.
 
Notre voyage a donc commencé en Afrique, nos élèves étaient fascinés. Les différentes pratiques religieuses, les notions du bien et du mal, du mal bienveillant, les masques à six yeux, les totems ... Tout cela est bien loin de nous.
Sans faire d'anachronisme, la surprise de la découverte dès le début de notre visite était presque égale à l'étonnement des européens au 16 éme siècle lorsqu'ils découvrirent pour la première fois la différence et l'autre.

Notre voyage se poursuit en terre indienne, en Amérique. Nos élèves étaient tout aussi captivés, subjugués par ce continent et par les us et coutumes des Mayas et des Incas - la manière des indiens de faire corps avec leur environnement, l'art, la notion du beau et les parures contextuelles. Ces derniers artefacts ont éveillé beaucoup de questionnements chez nos élèves. En effet, les parures cérémoniales avec la coiffe aux plumes et celles guerrière avec le collier en dents de léopard nous rappellent à bien des égards nos codes vestimentaires qui, bien souvent et de façon universelle, renseignent sur la classe sociale de l'individu, la classe d'âge, le milieu socio-culturel ... etc
La visite se termine. Le reste de l'exposition permanente se fait librement de manière à laisser libre court aux sensibilités artistiques.
S. Cissokho.